Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

TEST

It's A Wonderful Kingdom

Le duel merveilleux
a
A

On ne change pas une équipe qui gagne. Un adage que semble connaître parfaitement Frédéric Guérard puisque en reprenant l'excellente base mécanique de son dernier succès critique It's A Wonderful World (je n'y ai pas échappé), et en rameutant encore une fois son acolyte Anthony Wolff à la partie visuelle, l'auteur accouche avec It's A Wonderful Kingdom ni plus ni moins ... que du meilleur jeu pour 2 joueurs de ce début d'année 2022 !

Une fois le choix du module acté, le champ de bataille se met rapidement en place
Une fois le choix du module acté, le champ de bataille se met rapidement en place

Et si vous n'avez pas joué au jeu "original", sachez qu'It's A Wonderful Kingdom se base sur le même système de développement à base de cartes, que l'on va tour à tour récupérer, recycler ou construire, pour ensuite profiter de leurs effets pour accélérer l'expansion de sa colonie. Tout cela est rendu possible grâce à 4 ressources (une de moins que dans IWW) que l'on produit soit en défaussant des cartes que l'on ne veut pas conserver (phase de planification), soit en clôture de chaque tour de jeu (phase de production).

Chaque couleur représente un levier de développement (gris pour les Matériaux, violet pour la Population, jaune pour l'Or, bleu pour l'Exploration). Chacune des 130 cartes du jeu demande un certain nombre de ressources particulier avant de pouvoir l'envoyer dans son Duché, la zone qui acte son activation pour les tours suivants et surtout son éventuel implication dans le scoring final.  

Vous aurez souvent ce genre de choix cornéliens à faire durant la phase de Split & Trap
Vous aurez souvent ce genre de choix cornéliens à faire durant la phase de Split & Trap

C'est d'ailleurs la première grosse différence de taille qui sépare It's A Wonderful Kingdom de son prédécesseur : L'éditeur a abandonné le futur dystopique ultra industrialisé pour une période moyenâgeuse fantastique fleurtant avec l'esprit Game Of Thrones (et je ne dis pas ça juste pour les dragons). 

Si la fureur des fans de SF pur souche pourraient les amener à aller se venger en allant égorger des feuilles d'arbre (je viens de finir de regarder Dexter, désolé !), ce nouveau thème a le mérite d'offrir au titre des visuels plus colorés, variés et dynamiques, pour un rendu global plus facile à vendre au commun des mortels. Ce n'est pas souvent que je cite deux fois un illustrateur dans une même critique, mais je trouve les illustrations d'Anthony Wolff (les Huns, King Of Tokyo, Montana) vraiment réussies, de la boîte aux cartes de jeu. Un (encore) jeune illustrateur qui finit ici par confirmer son excellent travail sur IWW avec un style "painting" qui arrive à donner encore plus de vie au titre, pour un concept général pourtant toujours aussi abstrait dans ses rouages.

Car oui, le thème est un peu plaqué sur les bords, on ne va pas se le cacher. On perd presque immédiatement de vue les liens que pourraient unir les ressources nécessaires ou produites avec les cartes, les familles de cartes avec les multiplicateurs de scoring etc... si on se lance au départ avec l'idée de créer un empire, on ne joue rapidement plus qu'avec les couleurs, en ne regardant que les prérequis de chaque carte pour développer son fief. 

Mais finalement on en a cure, car le jeu est beau, les mécaniques s'imbriquent bien entre elles, et ce pour un ensemble plaisant qui génère une expérience assez intense de bout en bout pour ne pas se perdre dans des considérations cosméto-thématiques.

Mon royaume (à droite) commence à prendre forme, avec pour l'instant quelques cartes en attente dans ma zone de sélection (à gauche)
Mon royaume (à droite) commence à prendre forme, avec pour l'instant quelques cartes en attente dans ma zone de sélection (à gauche)

Surtout que It's A Wonderful Kingdom arrive avec un nouveau concept, le split & trap, qui rajoute une certaine dose d'interactivité qui manquait cruellement à son ainé (le seul "défaut" du jeu). Exit la draft de main en main "classique" qui faisait encore loi dans les parties à 2 joueurs de It's A Wonderful World, la phase de choix des cartes est aujourd'hui drivée par deux zones d'offrandes, situées de par et d'autre du mini plateau central des ressources. 

Un système de sélection qui oblige ici les joueur à proposer tour à tour deux cartes de leur main (en les répartissant comme bon lui semble), avant que son adversaire se voit obliger de prendre toutes les cartes d'une zone d'offrande.  

Cette mécanique de "split " densifie très clairement l'aspect stratégique. On va essayer de forcer son adversaire à prendre les cartes les moins intéressantes pour nous et lui, tout en se laissant une chance de récupérer les plus profitables. Un aspect du jeu qui se voit sublimé par la composante "trap" liée elle à deux subtilités que je m'étais bien gardé d'évoquer jusqu'ici : Des jetons Pièges par joueur, qui permettent de proposer une carte face cachée en les retournant, et surtout la présence de cartes Calamité, qui octroient individuellement un regrettable malus de 4 PV en fin de partie.  

Un matériel qualitatif, des illustrations colorées ... difficile de ne pas prendre du plaisir avec IWK !
Un matériel qualitatif, des illustrations colorées ... difficile de ne pas prendre du plaisir avec IWK !

Un joueur se voyant obliger de commencer chacun de ses tours avec une carte Calamité en main, cette phase de sélection voit naître de véritables duels psychologiques, où votre sens de l'observation et votre capacité à tromper votre adversaire (par le bluff notamment) vous seront bien utiles pour vous débarrasser de ces maudites cartes.=

Et rien que ce nouveau système de "draft", beaucoup plus subtile, dynamique et générateur de noms d'oiseaux à foison, vaut selon moi pratiquement l'achat de It's A Wonderful Kingdom si vous jouez essentiellement à deux, surtout si vous aimez les jeux à la personnalisation affirmée.

Le jeu demande en effet à inclure l'un des trois modules distincts (héritées de la campagne Kickstarter de lancement du jeu l'année dernière) en début de partie. Le premier ajoute des menaces au jeu, qui remplace les Calamités de base par des puissantes nuisances dont on peut heureusement se débarrasser contre des jetons soldats. Le module conseillers ajoute lui 14 cartes du même nom dans le paquet général qui offrent des capacités en échange d'un coup spécifique. Alors que le module de quêtes oblige à rajouter un plateau indiquant quatre missions dont seule la dernière est à réussir obligatoirement si l'on veut prétendre à jouer la victoire finale (en participant au décompte de points).

La feuille de scoring effaçable, une bien belle pensée pour notre planète
La feuille de scoring effaçable, une bien belle pensée pour notre planète

Concernant le reste des mécaniques, vous retrouverez beaucoup de la saveur de l'original. Avec en premier lieu le retour du krystallium, cette ressource rouge joker qui se génère dès que l'on a un trop plein de ressources inutilisées sur son plateau individuel (à ne pas abuser, car cela veut souvent dire que l'on a mal optimisé ses tours). Le rythme des 4 tours est encore ici de la fête, ce qui permet de contenir les parties à des durées inférieures à l'heure, le bon ratio plaisir / temps selon moi pour ce type de jeu. Et la boîte offre un mode solo très plaisant encore de la partie afin de satisfaire les plus solitaires, qu'il le soit de gré ou de force.

Reste l'interrogation majeure : Si vous êtes un couple, un duo parent / enfant ou deux ami(e)s qui adoraient vous confronter, lequel choisir ? 

J'ai personnellement choisi mon camp (je pense que vous l'aurez compris). It's A Wonderful World est toujours indiqué si vous préférez les jeux de construction "froids" (que ce soit dans le thème ou l'interactivité), surtout si vous avez envie de vous essayez au legacy avec son excellente extension Guerre ou Paix. 

Mais si le split & trap vous inspire, qu'avoir moins de contrôle sur votre développement vous motive et que vous aimez ces jeux qui obligent à regarder votre adversaire droit dans les yeux, pas de doute à avoir : It's A Wonderful Kingdom est la nouvelle bonne pioche qui met sur un piédestal l'engine building comme on l'aime !

its-a-wonderful-kingdom
Editeur(s)
Auteur(s)
Frédéric Guérard
Illustrateur(s)
Anthony Wolff
Mécanique(s)
construction
Nombre de joueurs
1-2
Date de sortie française
2020
Âge recommandé
14 ans+
Durée de partie
60 min
GALERIE PHOTOS
David
par David
créé le 21 janvier 2022
SOUTENEZ LE SITE
EN ACHETANT CE JEU SUR
acheter sur Philibert
acheter sur Playin
its-a-wonderful-kingdom
18 / 20
Exceptionnel
J'APPRÉCIE
Les très bons principes de construction de IWW conservés
Un travail d'illustration remarquable
La personnalisation de partie via les 3 modules inclus
Le nouveau système de draft qui ajoute de l'interactivité et de l'animation ...
J'APPRÉCIE MOINS
... mais qui diminue la possibilité de planifier sa partie sur le long terme
Un thème qui s'efface un peu trop face aux mécaniques
EN RÉSUMÉ
It's A Wonderful Kingdom est une excellente optimisation pour 2 joueurs de It's A Wonderful World, à laquelle il rajoute un système de draft original et des modules de personnalisation pour en faire un jeu plus fun, dynamique et varié. Une merveilleuse réussite !
jeu de société coup de coeur jeu de société incontournable d'une ludothèque

Le jeu en détail

Complexité
3 étoile(s)
Familial++
Si la richesse des cartes et du matériel peuvent faire peur à l'ouverture, It's A Wonderful Kingdom joue de mécaniques assez traditionnelles (ressources, construction) pour se prendre en main par n'importe quel humain un peu habitué aux jeux de société. Comptez 5 minutes de mise en place pour 10 grosses minutes d'explication.
Interactivité
4 étoile(s)
Élevée
La composante split & trap rajoute indéniablement beaucoup d'interaction mécanique et psychologique au titre. Vous serez même tenté de la jouer "à la parlotte" pour déstabiliser votre adversaire !
Thématisation
3 étoile(s)
Moyenne
La puissance mécanique prend rapidement le pas sur le thème, même si la beauté des illustrations et la logique de construction qui colle au concept permettent de rester "dans l'ambiance".
Originalité
4 étoile(s)
Un ou plusieurs ajouts marquants
Le split & trap, terme inventé par l'auteur lui même, fait clairement beaucoup du quota d'originalité du jeu, qui reste sur des sentiers battus pour le genre sur le reste.
Mise en place
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Très rapide, une à deux minutes de préparation.
Prise en main
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Quelques règles subtiles, il faut un tour pour assimiler le jeu.
Rangement
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Boîte un peu simpliste, mais ça fait le travail.
Rejouabilité
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Vous pouvez y jouer des dizaines de fois sans lassitude, assurement.
La tablée idéale selon moi : Si It's A Wonderful Kingdom intègre un joli mode solo, il prend toute sa saveur à deux ... avec un joueur un peu malin et bluffeur devant soi !

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)

acheter sur Philibert acheter sur Playin acheter sur Amazon
À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation