Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

TEST

Kemet : Blood And Sand

Papy fait de la résistance
a
A

Avec Cyclades et Inis, Kemet fait partie d'un triptyque de jeux de conquête qui a fait le succès de Matagot au début des années 2010. On y incarne ici des Dieux Egyptiens qui se battent en utilisant la ferveur humaine comme chair à canon, et des monstres mythologiques pour finaliser la cuisson d'un barbecue géant sur les terres des célèbres Pyramides en pierre blanche.

Kemet : Blood and Sand est la toute dernière itération de cet Eurotrash débridé, qui avait su conquérir les foules et se créer progressivement une vraie réputation de jeu d'affrontement à tester au moins une fois dans sa vie.

Le set de départ d'un joueur
Le set de départ d'un joueur

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'éditeur a mis le paquet pour séduire son monde. Reskin complet ultra coloré et plateaux double couche, ok on a l'habitude. Figurines de troupes personnalisées par faction, un vrai effort sur les à-côtés (pyramides et obélisques), et grands monstres aux finitions appréciables, on commence à avoir la banane. Mais petits sacs en toile et rappels des règles individuels, et surtout des plateaux de tuiles sur mesure que l'on peut se passer de main en main comme des plats de mignardises : Là on se sent comme dans des chaussons, le verre de champ' à la main.  

Alors c'est sûr, il faudra dépenser 30% de plus que l'original (déjà agréable pour l'époque) pour s'offrir ce petit joyau. Mais je défi quiconque vouloir revenir à "l'ancien modèle" une fois celui-ci en main. Surtout que le plaisir Kemet, lui, est toujours là.

Premier tour et déjà premières embrouilles ...
Premier tour et déjà premières embrouilles ...

Le but reste toujours le même : Être le premier a récupérer au moins 9 Points de Victoire (PV), qui peuvent se récupérer en gagnant des batailles, construisant des pyramides, prenant le contrôle de temples ou en rassemblant des pouvoirs puissants.  

Chaque joueur commence la partie avec dix figurines armées et deux (ou trois) bases de pyramide dans la ville de son choix. Une manche complète de jeu se compose d'abord d'une phase de jour, durant laquelle les joueurs vont activer un à un leurs 5 jetons actions sur des emplacements de leur plateau personnel. Prier (pour gagner des points de prières, le "carburant" du jeu), se déplacer, recruter, acheter une tuile pouvoir et faire évoluer une pyramide font partie de la routine de chaque divinité. Durant la phase nuit s'enchaîne d'autres étapes, comme le "nettoyage" de son plateau et le gain de points optionnels si certains territoires spéciaux du plateau général ont été conquis.

Cette nouvelle version propose une vraie montée en niveau, que ce soit matérielle ou visuelle
Cette nouvelle version propose une vraie montée en niveau, que ce soit matérielle ou visuelle

Dès qu'une troupe pénètre dans la zone occupée par un adversaire, un affrontement se déclenche immédiatement. Chaque camp doit choisir alors secrètement une de ses cartes combat (tous les joueurs débutent avec le même panel de six cartes), peut masquer sous celle-ci une carte Intervention Divine, et on résout le conflit. Le vainqueur est décidé par celui qui a le plus de force, une valeur qui se détermine par l'addition du nombre de troupes, du chiffre indiqué sur sa carte combat plus d'éventuels bonus de tuiles. Les pertes elles, se décident des deux côtés en fonction du niveau total de dégât de ses cartes auquel on ôte tout bonus défensif. Dans les deux cas, le vaincu a le choix entre retourner dans la réserve ou fuir sur une tuile adjacente (choisie par le vainqueur).

Des figurines extrêmement convaincantes pour un jeu
Des figurines extrêmement convaincantes pour un jeu "grand public"

Beaucoup de la spécificité de Kemet repose sur ses tuiles de pouvoir. Selon le nombre de joueurs, on met au départ à disposition deux à quatre plateaux standards de tuiles, chaque couleur étant liée à un aspect du jeu (force et le déplacement pour le rouge par exemple). Chaque ensemble contient quatre niveaux de tuiles de pouvoir, et un joueur n'est éligible qu'au niveau de sa pyramide associée. Il ne peut donc pas acheter une tuile bleue de niveau 3 s'il n'a réussi à construire que le deuxième niveau de son monument surmonté d'un saphir. Deux à trois tuiles par ensemble permettent de prendre le contrôle d'un monstre mythologique, figurine que l'on doit rattacher à une troupe présente sur le plateau pour profiter de ses avantages uniques.

Ces tuiles offrent indiscutablement un terrain de jeu combinatoire sans égal, tout en permettant de se monter un Dieu aussi unique que collant parfaitement au style de jeu que l'on veut adopter. Les retouches des règles de cette version (initiée dans la v1.5 officieuse réalisée par les fans ces dernières années) ont rendu en plus toutes les tuiles intéressantes, pour peu que l'on arrive à en tirer le meilleur parti et en profiter en pleine guerre épique de territoires.

Les plateaux de tuiles, l'une des grosses améliorations ergonomiques de cette édition
Les plateaux de tuiles, l'une des grosses améliorations ergonomiques de cette édition

Car Kemet : Blood and Sand est du genre à offrir une vraie folie tactique. Si le jeu propose moults petites mécaniques générant un dynamisme visuel de tous les instants (points d'intérêt rémunérateurs, téléportation), c'est bien la course aux deux types de points de victoire qui en fait tout son charme. Il y a d'abord la conquête (lente) des points permanents, qui s'obtiennent via certaines tuiles pouvoirs, en remportant une bataille, en contrôlant deux temples à la fin d'un tour, ou en sacrifiant des troupes au Sanctuaire principal du jeu (le plus contesté). Mais impossible de l'emporter an final sans ravir au bon moment les points temporaires, qui peuvent changer de main très rapidement et créer des retournements de situations assez incroyables en partie.

Kemet : Blood and Sand garde toujours la réputation qu'il mérite, c'est certain. Pur jeu d'agression où il est impossible de se cacher, il reste un modèle d'ingéniosité qui réussit encore à apporter dix ans après sa fraicheur dans le jeu d'affrontement. 

Un livret bien fichu (même si quelques erreurs), des livrets individuels pour le descriptif des tuiles : C'est quasi tout bon !
Un livret bien fichu (même si quelques erreurs), des livrets individuels pour le descriptif des tuiles : C'est quasi tout bon !

Sans nul doute, beaucoup de la richesse du jeu vient de son système de pouvoirs bien pensé qui a su en faire une boîte mythique, même si chaque œuvre, tout aussi légendaire, n'est jamais universelle.

Et on ne peut cacher que ce système impose deux contraintes qui peuvent refroidir. La première, c'est de devoir passer beaucoup de temps lors de ses premières joutes le nez dans son dépliant personnel, avant d'avoir le bagage nécessaire et la vision générale suffisante pour "booster" sensiblement le rythme d'une partie. La seconde, c'est de rendre quasi impossible des tablées composées de joueurs de niveaux différents, les expérimentés arrivant toujours à leur fin plus rapidement qu'un débutant prendra le temps d'acheter ses pouvoirs et d'en profiter.

La boîte est bien remplie, et les différents sachets et inserts ne sont vraiment pas du luxe !
La boîte est bien remplie, et les différents sachets et inserts ne sont vraiment pas du luxe !

Et c'est peut-être là en fait le seul défaut de Kemet Blood and Sand : C'est d'être un jeu d'une époque un peu révolue, où les joueurs n'étaient jamais réfractaires à sortir plusieurs fois la même boîte, où la montée en compétence dans un jeu était aussi importante que sa découverte. Kemet Blood and Sand n'est pas un jeu "one shot" d'une soirée, c'est un titre sur lequel il faut revenir souvent pour en ressortir le meilleur. 

Si vous êtes prêt à faire l'effort, ou que vous êtes juste des fans de l'ancienne mouture, vous pouvez par contre foncer les yeux fermés !

kemet-blood-and-sand
Editeur(s)
Auteur(s)
Guillaume Montiage
Jacques Bariot
Illustrateur(s)
Pierre Santamaria
Arnaud Boudoiron
Mécanique(s)
affrontement
Nombre de joueurs
2-5
Date de sortie française
2021
Âge recommandé
14 ans+
Durée de partie
120 min
GALERIE PHOTOS
David
par David
créé le 05 avril 2022
SOUTENEZ LE SITE
EN ACHETANT CE JEU SUR
acheter sur Philibert
acheter sur Playin
kemet-blood-and-sand
16 / 20
Une très belle réussite !
J'APPRÉCIE
Un jeu de combat où on ne peut pas esquiver l'affrontement
La montée en gamme niveau matériel qui fait son effet
Des idées mécaniques qui font encore mouche aujourd'hui ...
J'APPRÉCIE MOINS
... même si le bénéfice d'un apprentissage sur plusieurs parties peut refroidir les plus pressés
La façon d'adapter le plateau au nombre de joueurs, aussi laide que peu ergonomique.
EN RÉSUMÉ
Réédition extrêmement réussie d'un jeu d'affrontement mythique, Kemet Blood and Sand reste cependant un jeu de son époque, qui demande à y revenir plusieurs fois pour découvrir toutes ses richesses. Si vous n'êtes pas pressés, c'est le pied !

Le jeu en détail

Complexité
4 étoile(s)
Habitué
Le jeu a beau avoir des règles très accessibles dans l'ensemble, son système de tuiles demande un minimum de s'employer pour ne pas le conseiller à un public trop dilettant ou cherchant le plaisir immédiat.
Interactivité
4 étoile(s)
Élevée
Kemet fait partie de ses jeux où quand il dit qu'il y a du combat, il y a combat. Et il se peut même qu'il y ait des noms d'oiseaux qui fusent en cadeau !
Thématisation
4 étoile(s)
Élevée
Matagot n'a pas la prétention de vous apprendre quoi que ce soit sur l'Histoire de l'Egypte. Par contre il veut vous faire voyager, et à part le plateau général assez "fade", c'est réussi !
Originalité
3 étoile(s)
Quelques subtilités intéressantes
Kemet avait marqué son époque par des touches d'originalité subtiles mais parfaitement en adéquation avec son gameplay. S'il n'y a plus de surprises pour beaucoup aujourd'hui, cela fait toujours son petit effet !
Mise en place
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Il y a cinq minutes de préparation, lancez une vidéo youtube pour occuper les joueurs en attendant.
Prise en main
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Quelques règles subtiles, il faut un tour pour assimiler le jeu.
Rangement
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Inserts et boîte bien adaptés, jeu qui se sort et range rapidement.
Rejouabilité
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Un jeu rejouable, si sortie avec parcimonie et en variant la tablée et le nombre.
La tablée idéale selon moi : 3 ou 4 joueurs qui aiment l'animation sur un plateau, ce sont certainement les combinaisons gagnantes pour une partie de Kemet Blood And Sand réussie !

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)

acheter sur Philibert acheter sur Playin acheter sur Amazon
À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation