Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

LA PASSION DU JEU DE SOCIÉTÉ !
CRITIQUE
Azul : Pavillon d'été
L'édition des cogiteurs
par David
créé le 30 janvier 2020

Azul : Pavillon d'été est le troisième titre de la saga Azul débutée en 2017 (avec un très mérité Spiel des Jahres). Après avoir travaillé pour le roi Manuel 1er durant les deux premiers opus, il est désormais temps de lui rendre hommage, en construisant le palais estival dont il a toujours rêvé.

On ne change pas un vitrail qui gagne

Et vous ne serez vraiment pas dépaysés si vous avez déjà joué aux précédents opus. Azul : Pavillon d'été repart sur les mêmes bases (des plateaux individuels, un nombre de tours prédéfini, le remplissage des fabriques via tirage au hasard de tuiles depuis un sac) et reprend à l'identique la désormais célèbre mécanique de sélection des tuiles de ses aînés. 

Pour rappel, lors de chaque tour, chaque joueur est toujours obligé de piocher toutes les tuiles d'une même couleur. Soit depuis l'une des fabriques encore disponibles, soit du centre de la table (qui sert de défausse commune). Première subtilité, le jeu intègre désormais le concept de tuile « bonus», dont la couleur varie à chaque tour. Cette couleur de tuile ne peut pas être prise seule, mais si vous prenez une autre couleur de tuiles d'un endroit qui contient une ou plusieurs de ces tuiles « sauvages », vous êtes obligé d'en prendre un exemplaire.

Mais la grande « innovation », c'est qu'on ne place plus les tuiles juste après les avoir récupérées. Non. On les place une fois que toutes les tuiles du tour ont été attribués. Et ça ça change beaucoup de choses.

Car la nouvelle phase de placement suivant la récupération de toutes les tuiles offre énormément d'options de jeu, de stratégie... et de tension. Pourquoi ? Car le plateau individuel est ultra bien pensé : Vous avez un paquet de façon de scorer, des multiplicateurs à foison, mais il s'avère aussi beaucoup plus punitif si par mégarde vous n'arrivez pas à récupérer assez de tuiles d'une même couleur pour remplir vos objectifs.

On pourrait presque considérer Azul : Pavillon d'été comme un jeu à interactivité directe, tant surveiller le plateaux des autres, deviner leur stratégie et leur confisquer des tuiles peuvent gravement nuire à leurs ambitions.

Construire un palais, c'est long

Le revers de la médaille, c'est que les tours peuvent devenir très lents, à cause de l'intense réflexion que peut générer le jeu et l'analysis paralysis qui guette à tout instant. Durant ma première partie, la partie a été tellement serrée que rien que le dernier des six tours du jeu a duré... 25 minutes. Ça peut surprendre quand une partie classique est estimée à 1 heure grand maximum !

Autre gros défaut (ergonomique cette fois-ci), je n'ai jamais vu une piste de scores aussi mal adaptée à un jeu. Mais pourquoi diable une piste commune ingérable, fragile et qui oblige un joueur à s'en occuper constamment (la piste ne pouvant pas être placée au milieu de la table à cause du reste du matériel) ?

Clairement, Azul : Pavillon d'été est la version la plus stratégique et profonde de la saga. Je n'ai d'ailleurs pas évoqué toutes les subtilités du jeu (comme le malus premier joueur, le plateau de tuiles «  bonus  », etc...), mais elles apportent une richesse inégalée à l'opus.

Reste la question qui fâche et qui agite toute la communauté : Est-ce le meilleur Azul de la série ? En partie oui. Car avec ses nombreuses idées lumineuses et son concept de base poussé dans ses retranchements, Azul : Pavillon d'été est le jeu que les « gros » joueurs attendait. Par contre, si vous cherchez un Azul plus familial, moins prise de tête mais qui offre quand même du challenge et du fun, le Azul original reste indétrônable !

azul-pavillon-d-ete
Editeur(s)
Mécanique(s)
placement de tuiles
Interaction(s)
blocage
Nombre de joueurs
2-4
Date de sortie française
2019
Âge recommandé
8+
Durée de partie
60 min
ACHETER SUR
J'APPRÉCIE
Les mécaniques Azul poussées un cran au dessus
J'APPRÉCIE MOINS
Thème ultra plaqué, on repassera pour l'immersion
Un dernier tour qui peut durer la moitié de votre partie !
EN RÉSUMÉ
Quoi, encore un Azul ? Oui, mais cet Azul là contentera sans nul doute les fans de la saga qui avaient besoin d'un défi encore plus long et tactique !
16 / 20
Excellent jeu

Le jeu en détail

Complexité
Habitué
Azul premier et deuxième du nom, on pouvait y jouer avec le premier tonton un peu vigoureux venu. Celui-ci passe un petit gap niveau complexité, il faut qu'il soit complètement maître de ses neurones.
Interactivité
Infime
On joue dans son coin, à chipper les "tuiles" que le prochain voulait absolument.
Thématisation
Quasi inexistante
Il y a un thème à Azul, mais il fait autant de la figuration que 95% des politiciens à l'assemblée nationale le jour des votes des lois.
Originalité
Nul / très faible
Azul, c'est comme un film Fast & Furious. On garde les mêmes acteurs, on change juste une voiture, et on en ressort un tant que cela marche !
Mise en place
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Très rapide, une à deux minutes de préparation.
Prise en main
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Des règles basiques, simple à prendre en main.
Rangement
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Boîte un peu simpliste, mais ça fait le travail.
Rejouabilité
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Vous pouvez y jouer des dizaines de fois sans lassitude, assurement.
La tablée idéale selon moi : Trouvez deux volontaires dans votre association de jeux, et faites chauffer les neurones !

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)

À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation