Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

LA PASSION DU JEU DE SOCIÉTÉ !
Iki : A Game Of Edo Artisans
TEST
Iki : A Game Of Edo Artisans
La guerre des Mons
a
A

Bienvenue au grand marché de Nihonbashi, le quartier le plus animé d'Edo ! L'épicentre de la ville où vous pourrez contempler ses étales pleins de couleurs, vous délecter des meilleures spécialités de riz et de poissons, acheter le tabac le plus réputé de la région, vous chaussez à moindre frais avec des sandales aux vertus magiques ... et surtout prendre part à un affrontement entre entrepreneurs nippons, en quête de réussite dans la célèbre rue Nagaya. Une véritable ruche où des magasins bien placés peuvent générer une réussite aussi soudaine, qu'un incendie malheureux peut tout vous faire perdre en un instant...

Cette guerre de marchands se déroule sur 1 année découpée en quatre saisons et treize tours de jeu. Les joueurs sont amenés à acheter des échoppes pour y installer leurs Kobuns (employés), se déplacer dans la ruelle pour faire des affaires avec les commerçants locaux, tout en gagnant un maximum de réputation via le regroupement d'artisans du même secteur d'activité et la construction de bâtiments remarquables.

Beaucoup d'Iki : A Game Of Edo Artisans se déroule sur un grand plateau central représentant la grande rue commerçante, avec un sens de circulation imposé et un ensemble de Nagayas (bâtiments) comprenant tous un certain nombre d'arrière salles vides que l'on va pouvoir remplir au fil de la partie. Chaque joueur contrôle un Okayata, qu'il va pouvoir faire interagir avec les étales situés devant lui après chaque déplacement.

Iki : A Game Of Edo Artisans intègre quatre ressources principales. Si le Mon (l'argent du jeu) permet de commercer, le bois et le Koban (grosse pièce d'or) servent principalement à construire des bâtiments. Quand la sandale offre de rallonger son déplacement, le riz permet de nourrir ses Kobuns à la fin de chaque saison si on ne veut pas perdre ses commerces précipitamment. Il existe aussi deux ressources supplémentaire, le poisson et le tabac, récupérables sur des étales spécifiques et qui peuvent offrir des Iki (points de victoire) importants en fin de partie.

Chaque tour de jeu se compose de deux phases. Lors de la première, chaque joueur doit, à tour de rôle, choisir de combien de cases il veut déplacer son Okayata, en plaçant son Ikizama sur l'une des 5 cases individuelles de la piste de mouvement. Les cases indiquant un chiffre de 1 à 4 oblige à réaliser exactement ce nombre de pas, mais offre le droit en amont de recruter un personnage du marché central ou de récupérer 4 Mons de la réserve. La piste propose aussi une case 1-4 qui donne elle la priorité de jeu et un mouvement plus libre, mais qui empêche toute action préliminaire avant son déplacement.  

Une fois le déplacement effectué, c'est l'heure de faire ses emplettes. Le joueur peut réaliser une transaction avec la boutique attenante à lui (imprimé sur le plateau), puis il peut commercer avec une carte personnage disponible dans son arrière salle directe (deux choix possibles). Si le personnage n'appartient pas à ce joueur, l'artisan gagne en expérience, et progresse d'une case sur la piste indiquée sur la carte. Si lors de cette évolution il atteint la dernière case, le personnage part à la retraite : Il est alors retiré du plateau principal et glissé dans l'emplacement de même couleur de son plateau personnel. Il est bon de savoir que les artisans peuvent aussi gagner en expérience grâce à des effets de cartes, ou dès que son Okayata réalise un tour complet de marché.

À chaque fin de saison, un bilan des comptes est réalisé. Tous les personnages du marché, jetons poissons et tabacs encore présents sont d'abord retirés de l'aire du jeu, et une nouvelle configuration est réalisée, avec les éléments liés à la saison à venir. Ensuite, les joueurs perçoivent le revenu de chacun des personnages qu'il emploie sur le plateau central, et gagne des Ikis pour chaque Nagaya où il possède un Kobun qui travaille dasn un type de commerce présent au moins deux fois. Reste la phase de nourrissage de ses Kobuns actifs, qu'il doit remettre dans sa réserve si d'aventure il n'arrive pas à les sustenter.  

3 incendies se déclarent à la fin des tours 5,8 et 11. Celui touche aléatoirement l'un des Nagayas du plateau en partant de son extrémité, et remonte le bâtiment (en détruisant les commerces présents) jusqu'à tant qu'un joueur puisse proposer un niveau de lutte contre les incendies (via une piste dédiée) à hauteur de l'intensité du feu (dégressif).

Après la fin de l'hiver, se déclenche un 13ème tour un peu à part, où chaque joueur peut se placer devant le bâtiment de son choix et commercer en suivant les règles habituelles. Le décompte final intègre les Iki remportés durant la partie, et des points supplémentaires sont attribués en fonction de la variété de personnages encore sur le plateau et de poissons récupérés, des bâtiments construits, le total des blagues à tabac comptabilisés et des lots de ressources restantes.

J'ai volontairement décris succinctement les règles d'un Iki : A Game Of Edo Artisans, qui se montre aussi dense en subtilités qu'un jeu ayant de nombreuses qualités.

Gros pouce bleu déjà pour l'effort de re-thématisation effectué sur cette mouture. Vous ne le savez peut-être pas, mais cette boîte est un reskin d'un jeu sorti lors du salon d’Essen 2015, et qui avait autant brillé par son faible tirage que son design minimaliste. Si beaucoup de joueurs ayant eu l'opportunité de le tester ont toujours loué ses qualités, disposer aujourd'hui d'une version au matériel révisé et aux illustrations embellies donne encore plus plaisir d'évoluer dans un thème des plus originaux. 

Et sous le capot, le titre n'est pas en reste. Iki : A Game Of Edo Artisans est un jeu où chaque choix est crucial. Déjà, car une partie ne contient que 13 déplacements (donc 26 transactions maximums) par joueur, ce qui limite fortement les possibilités de développement, et nécessite de mesurer l'importance de chaque action avant de la réaliser.

Course aux jetons poissons et tabac, construire des bâtiments, acheter des personnages... vous ne pourrez clairement pas tout faire, et des concessions sont à faire surtout avec un nombre de cases déplacements aussi limitées.

Et si cela ne suffisait pas, Iki : A Game Of Edo Artisans est surtout un jeu où chaque décision impose une certaine prise de risque. Placer un personnage à un endroit qui n'est bénéfique que pour vous, et il ne sera surement jamais visité. Utiliser l'artisan d'un adversaire pour sa forte capacité, vous augmentez sa chance d'avoir de beaux avantages et un retraité un peu plus tard dans la partie. Ne jamais monter sa jauge de lutte contre les incendies, vous prenez le risque de voir tous vos personnages périr dans les flammes en cas de tirage malheureux. 

On pourrait croire avec tout cela qu'Iki : A Game Of Edo Artisans n'est qu'un simple jeu d'optimisation calculatoire. Mais ce serait dénigrer son interactivité passive puissante qui, alliée à un plateau volontairement resserré, font forcément converger à un moment de la partie toutes les stratégies individuelles dans une guerre totale où perfidie, opportunisme et négociation deviennent les règles d'or pour sortir vainqueur.

Iki : A Game Of Edo Artisans n'est clairement pas un jeu pour tout le monde. C'est un jeu qui demande de s'employer mentalement, tout en surveillant attentivement le jeu de ses voisins pour ne pas se faire devancer sur une stratégie identique ou laisser un adversaire prendre un avantage trop conséquent. C'est un titre où la "réussite" a son mot à dire, rien que par le fait de la présence de feux aléatoires qui tranchent avec les caractéristiques très "Euro" de la boîte (et cela peut gêner les plus stratèges, il faut le savoir). C'est aussi un jeu qui peut se montrer austère, avec un thème pourtant très bien travaillé mais qui ne parlera forcément pas à tout le monde.  

Mais si cette "originalité" générale ne vous déplait pas sur le papier, soyez-en sûr : Vous tenez avec Iki : A Game Of Edo Artisans l'un des jeux Euros les plus excitants de cette année. Rien que ça !

iki-a-game-of-edo-artisans
Éditeur(s)
Auteur(s)
Koota Yamada
Illustrateur(s)
David Sitbon
Mécanique(s)
draft de cartes
collection
Nombre de joueurs
2-4
Date de sortie française
2021
Âge recommandé
14+
Durée de partie
120 min
GALERIE PHOTOS
David
par David
Mise en ligne : 09/12/21
SOUTENEZ LE SITE
EN ACHETANT CE JEU SUR
acheter sur Playin
acheter sur Philibert
J'APPRÉCIE
Un thème qui sort des sentiers battus
Un plateau changeant qui oblige à ré-adapter sa stratégie régulièrement
Les nombreuses possibilités de scorer
Un jeu Euro qui créé de véritables enjeux autour de son interactivité passive
J'APPRÉCIE MOINS
La mécanique de feu qui fera grincer des dents plus d'un joueur qui déteste le hasard
Un jeu à 2 qui manque vraiment d'intérêt
Des parties un chouïa trop longues
EN RÉSUMÉ
Des mécaniques inspirées, un thème inspirant, Iki : A Game Of Edo Artisans comblera sans nul doute tous les optimisateurs en herbe qui n'ont rien contre un peu de hasard et une interactivité passive un peu taquine. Un incontournable des jeux Euro de cette année !
Livret de règles
(À VENIR)
Boîtage et inserts
(À VENIR)
Matériel
(À VENIR)
Ergonomie
(À VENIR)
Graphismes
(À VENIR)
Thématisation
(À VENIR)
Originalité
(À VENIR)
Mécaniques
(À VENIR)
8
/ 10
Jeu à fortement considérer si le genre vous plaît
David
7

Le jeu en détail

Complexité
pas de note
Iki a beau être un Euro de poids moyen (aux règles finalement pas si longues à expliquer), l'intensité des débats qu'il génère propulse quand même le jeu dans la sphère des titres pour joueurs qui ont l'habitude des échauffourées cérébrales.
Thème
pas de note
Jouer dans un Edo (ancien nom de Tokyo) du XVIIème siècle ne plaira pas à tout le monde. Mais il a l'avantage d'apporter un certain renouveau (hors jeu original) et de coller parfaitement avec toutes les mécaniques mises en avant dans le titre.
Originalité
pas de note
Un jeu Euro classique dans la forme, mais avec des commerces évolutifs et temporaires, plus une gestion des "intempéries". C'est pas tous les jours que l'on voit ça !
Mise en place
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Il y a cinq minutes de mise en place, lancez une devinette pour l'attente.
Prise en main
étoile pleineétoile videétoile videétoile vide
Jeu accessible mais l'apprentissage prend un peu de temps, prévenez votre tablée !
Rangement
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Boîte un peu simpliste, mais ça fait le travail.
Variabilité
étoile pleineétoile videétoile videétoile vide
Personnalisation disponible, mais qui impacte peu le gameplay. Le plaisir d'y revenir n'est pas à chercher là.
La tablée idéale selon moi : Iki, c'est comme un Micromania qui reçoit un carton de PS5 : Plus on est, plus la lutte sera âpre et violente. Donc 3 ou 4 habitués, c'est la base ici pour une belle partie !

Retours de joueurs

Votre plaisir de jouer et envie d'y revenir À VOUS, en une note sur 10 !
Votre moyenne
7.5
Karrde
Karrde
7.5
Ma note
+
7.5
-

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)