Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

LA PASSION DU JEU DE SOCIÉTÉ !
CRITIQUE
Praga Caput Regni
Jeu, Tchèque et match
par David
créé le 22 juillet 2021

Note : Comme je n'ai pas pu jouer au jeu hors soirée d'association, il n'y aura donc pas de photos "maison" avec cet article. Désolé d'avance !

Jamais 2 sans 3. Après Uwe Rosenberg et son Fields of Arle, Vital Lacerda et son Lisboa, c'est au tour de Vladimir Suchý de replonger dans ses souvenirs d'enfance en créant un jeu autour de sa ville de naissance, Prague. Et comme si cela ne suffisait pas, Praga Caput Regni s'avère pour moi la meilleure réalisation de son auteur, qui est pourtant bien connu aujourd'hui pour avoir quelques excellents jeux dans sa besace (Underwater Cities, Pulsar 2849). C'est pour dire combien il est bien !

Les œufs de Prague

16 tours de jeu, et pas un de plus, c'est la contrainte imposée à des joueurs / bâtisseurs amenés à tenter de satisfaire à l'ambition du roi Charles IV, bien décidé à faire de Prague la capitale de son empire. La cathédrale Saint-Guy, le pont Charles surplombant la rivière Vltava, l'Université Charles, le mur de la faim (la célèbre enceinte de défense), la ville basse ... la ville Tchèque est un chantier perpétuel, et les joueurs n'auront de choix que d'enchaîner une seule action à leur tour jusqu'au terme de la partie.

Tout le sel de Praga Caput Regni repose sur une grue d'action circulaire, placée en haut d'un (gigantesque) plateau central représentant la ville et ses différentes zones de construction.  

À son tour, un joueur doit choisir l'une des six tuiles accrochées à la grue. Il peut alors profiter de l'action bonus correspondante indiquée sur la roue, mais ne peut effectuer que l'une des deux actions indiquées sur ladite tuile. De plus, il peut avoir à payer un coût additionnel (ou recevoir un bonus) selon l'emplacement de la tuile, avant de tourner la roue d'un cran dans le sens des aiguilles d'une montre et replacer la tuile dans le premier emplacement vacant à son midi.

Il existe en tout six actions principales, reprises visuellement sur le plateau d'action personnel de chaque joueur. Ce plateau n'est pas figé dans le temps : Il va permettre d'accueillir des tuiles d'amélioration (via l'action du même nom), y adosser des remparts via l'action Construire un mur, et embellir l'ensemble via des jetons bonus d'angle permettant de démultiplier les points de victoire en fin de partie.

Certaines actions (Gérer les mines et Gérer les carrières) sont liées quand-à-elles aux deux ressources principales du jeu (or et pierre), que chaque joueur manage depuis son plateau principal. Ce plateau inclut en plus deux pistes (technologie et Université Charles) pouvant à terme générer des bonus voir des multiplicateurs de points au décompte final.

Participer à la construction du pont Charles est une tâche plus ardue. Elle demande au joueur, via l'action Construction de la Route Royale, de remonter trois segments de route (situé au milieu du plateau) avant d'atteindre la rivière. Beaucoup de récompenses s'obtiennent ici en dépensant une ressource œuf qui, selon la légende, aurait été utilisé pour renforcer le mortier utilisé dans la réalisation de l'édifice.  

Le développement de la ville basse n'est pas en reste, avec la possibilité de créer des bâtisses (action Construire un Bâtiment) qui génèrent des avantages à chaque fois que tous les emplacements autour d'une place sont pris, selon un système de majorités que je ne vais pas détailler ici.

Les constructions du mur de la faim et de la Cathédrale St-Vitus sont deux tâches qui se gèrent elles de façon plus générales, via l'achat de tuiles disposant de symboles spécifiques (pour se déplacer latéralement) et la dépense de jetons fenêtres (pour gravir des niveaux). Plus les joueurs progressent sur les deux édifices 3D, plus ils remportent de points en fin de partie. À noter que le déplacement latéral est aussi pris en compte pour deux comptages secondaires étroitement liés aux multiplicateurs évoqués précédemment.

Vas-y tchèque

Pas besoin de faire durer le suspense, Praga Caput Regni coche absolument toutes les cases de l'excellent jeu Eurogame. Sous couvert d'un fonctionnement extrêmement simple (une action par joueur) et d'un nombre total d'actions finalement assez limité, le jeu offre une richesse stratégique véritablement folle. Cela faisait d'ailleurs bien longtemps que je n'avais pas été aussi surpris par la profondeur et l'équilibre d'un jeu de gestion pur jus !

Pour sûr, le rejeton de Vladimir Suchý intègre un aspect calculatoire certain, essentiellement basé sur un travail de planification (avoir les bonnes ressources au bon moment afin de ne pas faire des tours "à vide") et d'optimisation de ses actions (16 tours, cela défile très très vite). 

Mais il y a tellement de façons légitimes de marquer des points et de l'emporter, il y a tant de possibilités de rebondir après le "vol" de l'action que l'on espérait réaliser, que le jeu offre un vrai sentiment de liberté et de développement. Et cela sans donner l'impression de se sentir complètement largué (au moins jusqu'au décompte final, quand il faut quand même se rendre à l'évidence...)

La grosse force du jeu est indéniablement sa grue d'action. En plus d'être originale et de créer un vrai lieu de "vie" dans un jeu forcément très solitaire, elle impose une obligation d'adaptabilité constante qui va souvent mettre vos talents d'improvisation à rudes épreuves.

Une expérience bonifiée par une édition extrêmement soignée. Après un Pulsar 2849 un peu terne et Underwater Cities aux plateaux et ressources vraiment pas au niveau de ses mécaniques, Praga Caput Regni est le premier jeu de Vladimir Suchý a bénéficier d'un matériel de premier ordre. Que ce soit les éléments 3D, les plateaux double couche, les tuiles épaisses, le plateau coloré, ... tout respire la qualité, même si on pourra toujours retorquer que le château et le pont jouent un peu trop la carte du m'as-tu-vu pour un jeu de gestion.

Ce qui est sûr en revanche, c'est que les éléments 3D participent clairement au thème de la construction, et que la ville de Prague est le sujet central du jeu. Indiscutablement, l'auteur aime sa ville, connait son histoire, et à tout fait pour que le joueur se sent immerger dans son monde. Le livret de règles regorge d'ailleurs de notes historiques et d'explications sur les bâtiments et les lieux importants de la capitale Tchèque qui va vous rendre incollable sur le coin !

Par contre, ne comptez pas retrouver dans les mécaniques une cohérence logique à tout épreuve (vous allez gagné par exemple des fenêtres en construisant des remparts). Mais les efforts de spatialisation et de liant entre nos actes et nos conséquences sont assez poussés pour ne pas ressentir l'effet du thème fondu dans le marbre plutôt classique dans les jeux dits "à l'allemande". Et c'est assez rare pour être souligné.

Reste que ce "trop plein" visuel, lié à une multitude de petites règles indissociable d'un gros jeu du genre, fait que Praga Caput Regni n'est vraiment pas simple à prendre en main. Jusqu'à possiblement faire fuir un paquet de joueurs peu habitués à ce genre de défi intellectuel. 

Pas simple de passer la première étape de l'apprentissage qui peut bien durer plusieurs dizaines de minutes, avec sa dose d'alinéas et de subtilités au verso de la troisième page d'annexe. Il faut aussi réussir à passer le cap de son plateau extrêmement chargé en informations, qui nécessite bien 2 ou 3 tours de rodage avant de prendre le contrôle intellectuel de sa globalité. Avec Praga Caput Regni, vous allez certainement connaitre Maracaïbo, celui où l'on se décompose sur sa chaise tant on se sent submergé par les possibilités et les données. 

Mais une fois la douloureuse passée, ce n'est que du bonheur. Car Praga Caput Regni est un jeu à la fois dense et exigeant, surprenant et gratifiant, qui ne semble offrir (par mon faible recul) aucun chemin préétabli vers la victoire ou une stratégie type à adopter pour arriver à ses fins. La rejouabilité, clairement élevée, est encore densifiée par ses tuiles action recto-verso, ses tuiles Mur de la Faim et Cathédrale alternatives et Route Royale alternatives intégrées de base pour ajouter de la variété à vos parties.

Si le jeu a des défauts notables, c'est essentiellement hors partie. Le matériel, pléthorique, rend l'exercice de mise en place long et fastidieux. La boîte, dépourvue du moindre contenant, est une horreur à l'heure de devoir ranger le jeu, surtout quand les éléments 3d sont montés. Mais passé ces moments douloureux, soyez sûr que Praga Caput Regni vous donnera beaucoup de plaisir, surtout si vous êtes un adepte de ce genre de jeu.

praga-caput-regni
Editeur(s)
Auteur(s)
Vladimír Suchý
Illustrateur(s)
Milan Vavron
Mécanique(s)
placement d'ouvriers
placement de tuiles
majorité
Nombre de joueurs
1-4
Date de sortie française
2021
Âge recommandé
12 ans+
Durée de partie
120 min
ACHETER SUR
Mes photos
J'APPRÉCIE
La grue de sélection d'actions, juste géniale
Le grand nombre de moyens de scorer
Un thème plus présent que dans la moyenne du genre
La rejouabilité offerte par l'équilibre naturel du jeu et les tuiles alternatives
J'APPRÉCIE MOINS
Une boîte trop petite pour la quantité de matériel fourni
Une partie basse du plateau pas super lisible
EN RÉSUMÉ
D'une richesse folle, aussi coloré que gratifiant, ... Praga Caput Regni regorge de belles idées de conception et met en avant un équilibre des possibilités qui donnent sans cesse envie d'y revenir. Clairement l'Eurogame de l'année 2021 selon moi, pour l'instant !
18 / 20
Exceptionnel

Le jeu en détail

Complexité
Expert
Si le fonctionnement global est simple, le jeu demande un investissement de tous les instants, entre la multitude de petites subtilités à retenir, et la création d'un vrai projet de victoire qui peut échouer à chaque mauvais choix.
Interactivité
Légère
L'interactivité dans Praga Caput Regni est pour beaucoup indirecte : On pique une action ou un bonus au nez et à la barbe de son voisin. Mais la grue d'actions donne un je-ne-sais-quoi de zone de rassemblement où l'on peut manigancer des mauvais coups à ses adversaires...
Thématisation
Moyenne
Jeu clairement labelisé "à l'allemande", on pourrait enlever le thème que le jeu serait parfaitement jouable. N'empêche que les efforts de l'auteur pour parler de sa ville paient. Et que l'on a quand même l'impression d'évoluer dans ce Prague du Moyen-Âge !
Originalité
Un ou plusieurs ajouts marquants
Praga Caput Regni lorgne sur les canons mécaniques du jeu de gestion classique. En y ajoutant tout de même une grue d'actions originale et qui créé un stress permanent !
Mise en place
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Interminable, à préparer avant l'arrivée des joueurs.
Prise en main
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Du très lourd, grosse concentration et vidéo règle requise !
Rangement
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Boîte trop simpliste pour le matériel vendu.
Rejouabilité
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Vous pouvez y jouer des dizaines de fois sans lassitude, assurement.
La tablée idéale selon moi : Praga Caput Regni ne brille pas par son solo. Par contre, au delà, c'est un magnifique jeu d'affrontement de cerveaux à distance. Avec une nette préférence pour 3 joueurs, le meilleur ratio dynamique / temps de jeu !

Commentaires

Affiliation et soutien

Si le contenu du site vous plait, n'hésitez pas à partager sur les réseaux sociaux et à passer par les liens commerciaux d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par ces liens me permet en effet de toucher une petite commission sur la vente (totalement transparente pour vous), m'aidant à payer les frais de fonctionnement généraux, investir dans des nouveautés à chroniquer et me permettre de continuer à proposer un site gratuit et totalement libre de publicité !


Un gros merci d'avance pour votre soutien :)

À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation