Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

TEST
EXPRESS

Puerto Rico 1897

Bâcle to the future
a
A
Nouveau type d'article condensé, sans photos et en allant à l'essentiel : L'avis du passionné !

1897 est une année charnière dans l'histoire de Puerto Rico. 24 ans après l'abolition de l'esclavage, après des décennies d'impérialisme, le pays obtient en effet officiellement son autonomie vis-à-vis de l'Espagne. Un acte qui permet enfin au peuple de se tourner vers le futur, et d'offrir à chaque entrepreneur local un peu ambitieux la possibilité de développer son entreprise tout en aidant le pays à se moderniser.  

Et c'est là un vrai choix éditorial de Puerto Rico 1897 (le jeu), qui décide de s'affranchir d'un thème difficile à vendre aujourd'hui pour rebâtir sur de nouvelles bases via un saut dans le temps. Mais dans les faits, à quelques termes de langage près, on est en face du même jeu, qui vient tout de même avec quelques ajouts bienvenus.

Ici, vous êtes donc toujours en concurrence avec d'autres habitants de l'ïle pour construire une entreprise prospère, embaucher des travailleurs pour faire tourner vos infrastructures, cultiver divers ressources (maïs, sucre, tabac, café) dans des champs tout juste aménagés ... le tout pour gagner un maximum d'argent et de réputation, par la vente de vos produits localement ou en les envoyant par navires entiers sur les continents alentours.

Le jeu ne pouvait pas revenir sans son célèbre système d'actions, qui a inspiré par la suite de nombreux auteurs (oui monsieur Tom Lehmann, c'est vous que je regarde amoureusement ...), tout en gâchant quelques licences (rohhh mais qui a dit Terraforming Mars dans le fond ...).  

Pour les profanes, celui-ci demande à chaque joueur de sélectionner, à son tour, une des cartes de personnages disponibles au centre de la table qui pourra être déclenchée par tous les concurrents, mais avec un bénéfice supplémentaire pour le joueur actif. Vous prenez la carte recruteur ? Chaque joueur a le droit de prendre un ouvrier disponible dans la zone de recrutement, avec le droit pour le joueur actif d'en prendre un second.  

Un système simple mais toujours aussi génialement tactique, car il impose un vrai contrôle du rythme (pour effectuer les actions les plus optimales pour soi) tout en anticipant les choix et les coups bas de ses concurrents, qui ne manqueront pas de déclencher un départ de bateaux quand un minimum de joueurs aura des denrées à embarquer.

Avec ses batiments à foison, ses mécaniques variées, sa course au scoring grisante, Puerto Rico (1897) reste, même 20 ans après sa sortie, un excellent jeu de gestion, dense, prenant et riche en émotions. Il faut par contre ne jamais oublier qu'il restera un jeu "à l'ancienne", de ceux qui ne pardonnent pas les grosses erreurs de jeu, qui donnent la victoire finale à celui qui construit le mieux sa première moitié de partie.  

Et ce qui ne gâche rien, c'est que cette nouvelle édition offre 4 extensions, intégrant pêle-mêle des nouveaux bâtiments, une nouvelle action, un nouveau type de meeple et un système d'objectifs. Des ajouts inutiles pour des premières parties, mais qui rajoutent vite de nouvelles sensations (de l'interaction accrue avec le contrebandier par exemple) dont on aura du mal ensuite à se passer.

Malheureusement, ce Puerto Rico 1897 n'est pas exempts de deux gros défauts difficiles à digérer. 

En premier lieu, il y a cette refonte de l'ergonomie générale, complètement ratée. On pourrait presque pardonner ces emplacements d'ouvriers sur les bâtiments illisibles, ces pauvres liserets de couleurs sur les ressources qui rendent la lecture de la table compliquée... mais pourquoi avoir enlevé les explications des effets de bâtiments sur les tuiles ? C'est tout le cœur du jeu, l'aspect tactique principal de l'œuvre qui se voit amputé de sa compréhension immédiate. Avec pour conséquence de rendre les tours beaucoup moins fluides quand on a plus joué depuis quelques semaines, tout en faisant perdre son accessibilité à un jeu connu avant pour être une belle passerelle au genre.

Et que dire de l'édition, décevante au possible. Une seule aide de jeu pour les bâtiments (super mal foutue en plus), aucune facilité offerte pour la mise en place, un mauvais compte de tuiles dans la boîte qui force à en modifier certaines soi-même, Ravensburger ayant clairement expliqué qu'il n'y avait aucun SAV possible ... ça sent l'implication éditeur limitée au zip supérieur du portefeuille (là où on met les pièces), et juste l'envie de profiter d'une licence juteuse tout juste récupérée pour faire un maximum de profits. Et à voir l'absence totale de communication autour du jeu en amont, on a l'impression que même eux ne sont pas très fiers de ce qu'ils ont mis en vente ...

Reste à parler de cette mise à l'écart du "thème" d'origine. 

Bien sûr que l'esclavagisme est un acte méprisable et totalement répréhensible au centuple. Bien sûr que la colonisation est une tâche sombre à jamais indélébile dans l'Histoire de beaucoup de vieilles nations... Mais est-ce qu'on s'achète vraiment une conscience quand on fait comme si cela n'avait jamais existé ? Est-ce que cette "tabouïsation" est vraiment honnête quand, à côté, on peut toujours endosser la peau de mafias qui s'entretuent et sèment par la même la terreur et des orphelins à chaque coin de rue, ou que les nazis sont encore incontournables dans les wargames ?

Je reste humain, et je peux bien sûr comprendre la difficulté de "soutenir" un tel thème et que l'on a pas envie d'attirer l'attention négativement (c'est déjà bien assez compliqué de sortir un jeu dans la jungle de sorties actuelle...). Mais quand je vois que les "ouvriers" sont encore des meeples marrons, qu'un plateau personnage arbore fièrement un petit garçon, ou que l'on travesti beaucoup la réalité (les Etats-Unis ont pris le contrôle de l'île en ... 1898) sur l'autel de la bienséance, j'ai quand même l'impression d'être pris un peu pour un con ...

puerto-rico-1897
Éditeur(s)
Auteur(s)
Andreas Seyfarth
Illustrateur(s)
John Morrow
Gabriel Ramos
Mécanique(s)
placement d'ouvriers
Nombre de joueurs
2-5
Date de sortie française
2022
Âge recommandé
13 ans+
Durée de partie
120 min
David
par David
créé le 03 décembre 2022
SOUTENEZ LE SITE
EN ACHETANT CE JEU SUR
acheter sur Philibert
acheter sur Playin
puerto-rico-1897
12 / 20
Jeu pas mémorable
J'APPRÉCIE
Tout le cœur mécanique du jeu original conservé
Des petites extensions qui ajoutent vite un vrai plus
J'APPRÉCIE MOINS
Certains choix ergonomiques dramatiques
Les problèmes éditoriaux pas assumés
La modification thématique (pour son côté je me donne bonne conscience ratée)
EN RÉSUMÉ
En tant que copie à l'identique du jeu original, Puerto Rico 1897 reste mécaniquement génial. Mais si on fait abstraction des petits add-ons bien pensés, cette revisite est quand même sacrément ratée. Si le jeu vous intéresse, vaut mieux donc essayer de chopper une vieille édition !

Le jeu de société en détail

Complexité
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Familial++
Interactivité
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Indirecte et un peu directe
Thématisation
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Élevée
Originalité
étoile pleineétoile videétoile videétoile vide
Oui, mais rien de transcendant
Mise en place
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Il y a cinq minutes de préparation, lancez une vidéo youtube pour occuper les joueurs en attendant.
Prise en main
étoile pleineétoile videétoile videétoile vide
Jeu accessible mais l'apprentissage prend un peu de temps, prévenez votre tablée !
Rangement
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Boîte un peu simpliste, mais ça fait le travail.
Rejouabilité
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Vous pouvez y jouer des dizaines de fois sans lassitude, assurement.

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)

acheter sur Philibert acheter sur Playin acheter sur Amazon
À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation