Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

TEST

Q.E.

Qualitativement Excitant
a
A

En temps normal, un jeu d'enchères impose aux joueurs de gérer un certain pécule (financier ou autre) pour les achats et ventes des choses qui vous font gagner. Mais pas dans Q.E. (Quantitative Easing). Car dans cette localisation toute récente de Lucky Duck Games, vous n'avez absolument aucun limite, et allez pouvoir miser à chaque tour 1 euro comme des milliards.  C'est fou, et le pire, c'est que cela marche de feu de Macron ! *

Mais avant de parler du gameplay, parlons du thème employé : La gestion d'entreprises sur un plan macro-économique. Les joueurs prennent chacun la direction d'une banque nationale (5 pays disponibles) qui vont se battre à chaque partie pour racheter la dette de 16 sociétés et stimuler la croissance mondiale. 

Un stylo et un chéquier, il n'en faut pas plus pour se lancer !
Un stylo et un chéquier, il n'en faut pas plus pour se lancer !

On ne connaît pas grand chose de chacune de ces entités anonymes, à part le pays qu'elle représente, sa valeur intrinsèque (allant de 1 à 4) et son domaine de compétences. Ce qui est sûr par contre, c'est que l'on optimise nos points si on arrive à collecter des entreprises issues du même secteur ou de notre pays d'origine, ou si on arrive à récupérer des groupements appartenant à trois domaines différents.

Et si le matériel, fait pour beaucoup de marqueurs "Velleda", de petites ardoises et de pièces en carton épais, sert parfaitement son concept, le sujet est clairement traité un peu trop sérieusement. Des pays existants, des sociétés sans nom mais avec des domaines bien réels eux (agriculture, logement, gouvernement, finance ... ), c'est parfait pour se croire en salle des marchés en pleine période de chute des cryptomonnaies, mais cela manque quand même un peu de fun. Et ce n'est pas la couverture, qui aurait tout à fait sa place sur le devant d'un manuel d'économie des années 80, qui va rassurer vos convives après l'annonce du pitch du jeu, croyez moi sur parole.

La première phase d'enchères donne souvent le ton de la partie
La première phase d'enchères donne souvent le ton de la partie

Pourquoi ne pas avoir mis les joueurs dans la peau de pays fictifs et achetant des sociétés aux noms et descriptions complètement "what the phoque" ? C'est dommage, car cela donne une image rasoir biaisé d'un Q.E. qui propose pourtant le concept parfait pour ambiancer pas mal de tablées.

Mais une fois dedans, c'est une vraie tornade d'émotions. Car dans Q.E., vous avez beau avoir un portefeuille illimité, il y a deux règles de fin de partie qui changent complètement la façon de penser le jeu. Celui qui a dépensé le moins gagne un joli bonus de points qui peut se montrer décisif. Et celui qui a dépensé le plus ... est tout simplement éliminé ! C'est affreusement simple, c'est incroyablement bien imaginé, et cela permet de créer une tension folle permanente autour de la table, tout en offrant aux joueurs d'abuser largement de leur sens du bluff et de la stratégie à chaque enchère secrète.  

Ici, toutes les propositions sont faites faces cachées, et seul le "commissaire-priseur" désigné à chaque tour a connaissance des montants des autres joueurs, contre l'obligation de faire la première offre face visible pour "aiguiller" ses adversaires.  

Le matériel et le thème font le travail, assurément, mais je trouve qu'il manque quand même un peu de folie à l'ensemble
Le matériel et le thème font le travail, assurément, mais je trouve qu'il manque quand même un peu de folie à l'ensemble

J'adore vraiment Q.E. pour ce flou semi-opaque continuel qui permet d'entretenir un certain suspense hyper excitant jusqu'au bout, et qui peut créer des surprises hilarantes si vos estimations personnelles s'avèrent inexactes. Je trouve que peu de jeux arrivent à faire perdre "confiance en ses capacités" de façon aussi intéressante, tout en générant de véritables "craquages" chez des joueurs trop pressés par le temps et les enjeux en points de remplir leur portefeuille de sociétés !

Par contre, Q.E. n'est pas parfait, et s'il a beau jouer d'une mécanique assez universelle, il peut ne pas fonctionner avec pas mal de groupes. 

Côté règles et ergonomie générale, rien à dire, c'est du velours
Côté règles et ergonomie générale, rien à dire, c'est du velours

Déjà à cause d'une répétitivité certaine : On ne fait qu'alterner retournement de tuiles société et enchères, et ceci 16 fois, et cela qui peut vite faire sortir de la partie des joueurs qui n'arrivent pas à se prendre au jeu.  

Et attention ! Avoir à table un joueur qui, inconsciemment ou non, part dans des surenchères folles qui est le seul à suivre, peut aussi l'exclure assez logiquement, et casser de ce fait 50% de l'intérêt du décompte final. On peut rajouter aussi le fait que le jeu n'offre absolument aucun moyen de modifier les conditions de départ ou de scoring, ce qui pourrait très vite lasser votre clan après quelques tours de piste.

Le boitage (simple) est largement suffisant pour le contenu de Q.E.
Le boitage (simple) est largement suffisant pour le contenu de Q.E.

Malgré ses quelques griefs qui ne permettent pas de faire de Q.E. un jeu indispensable, le titre a trop bien fonctionné de par chez moi pour que je ne vous conseille pas de vous y essayer au moins une fois. 

Dans l'état, ce n'est clairement pas le meilleur jeu d'enchères du marché, mais il est capable, avec un concept pourtant vraiment simplissime, de créer une certaine magie à table, où des sensations aussi différentes que la suspicion, la liberté, la peur, l'autosatisfaction se mêlent en continu pour un final qui amène souvent un debrief de plusieurs minutes. 

Signe que vous pourrez être satisfait d'avoir réussi à amuser la foule avec un petit jeu sur l'économie boursière. Et qu'il y a peut-être un jour possibilité qu'un Q.E. version 2 devienne le jeu d'enchère ultime que vous cherchez depuis tant d'années. Je parle pour moi vous l'aurez bien compris ...

* enfin c'est ce qu'il pense de lui ...

qe
Editeur(s)
Auteur(s)
Gavin Birnbaum
Illustrateur(s)
Anca Gavril
Mécanique(s)
enchères
Nombre de joueurs
3-5
Date de sortie française
2021
Âge recommandé
10 ans+
Durée de partie
40 min
GALERIE PHOTOS
David
par David
créé le 12 avril 2022
SOUTENEZ LE SITE
EN ACHETANT CE JEU SUR
acheter sur Philibert
qe
16 / 20
Une très belle réussite !
J'APPRÉCIE
Un concept autour des enchères illimitées vraiment bien trouvée
Un jeu qui sait allier stratégie et ambiance
La contrainte d'élimination tout simplement géniale ...
J'APPRÉCIE MOINS
... mais qui peut tomber à l'eau si un joueur déraille trop vite
Un thème propret qui peut rebuter
Un manque de variabilité dommageable sur le long terme
EN RÉSUMÉ
Servi par un concept excellentissime, Q.E. aurait pu être le jeu d'enchères parfait si son thème avait été traité de manière plus fun, et si la rejouabilité était davantage au rendez-vous. Pour une v2 ?
jeu de société coup de coeur

Le jeu en détail

Interactivité
5 étoile(s)
La base du jeu
Surenchérir, bluffer, railler, mettre la pression ... vous allez pouvoir en faire des choses à vos adversaires, et c'est tant mieux !
Thématisation
3 étoile(s)
Moyenne
Objectivement, le thème colle très bien aux mécaniques. Mais je ne sais pas pourquoi, je n'arrive pas à ne pas être un tout petit peu déçu, d'où ma note.
Originalité
4 étoile(s)
Un ou plusieurs ajouts marquants
Des enchères illimitées, je n'avais jamais vu ça. Perdre quand on enchérit non plus. Et c'est grave sympa !
Mise en place
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Très rapide, une à deux minutes de préparation.
Prise en main
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Des règles basiques, simple à prendre en main.
Rangement
étoile pleineétoile pleineétoile videétoile vide
Boîte un peu simpliste, mais ça fait le travail.
Rejouabilité
étoile pleineétoile pleineétoile pleineétoile vide
Vous pouvez y jouer des dizaines de fois sans lassitude, assurement.
La tablée idéale selon moi : A 3, ça manque un peu de folie. A 5, le dernier joueur à jouer le commissaire-priseur est un peu trop désavantagé. À 4 par contre, avec des joueurs aux dents longues, c'est le pied !

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)

acheter sur Philibert acheter sur Playin acheter sur Amazon
À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation