Ce site utilise des cookies

Les cookies sont utilisés afin d'analyser les performances du site et ainsi améliorer constamment votre expérience d'utilisation.

LA PASSION DU JEU DE SOCIÉTÉ !
underwater-cities
CRITIQUE
RETRO
Underwater Cities
Les dents de lait de la mer
par David
créé le 07 octobre 2021
Afficher les photos dans l'article ?

Un plateau central bien chargé à suivre avec attention !
Un plateau central bien chargé à suivre avec attention !

La surpopulation guette, la terre se réchauffe dangereusement (ce n'est pas moi qui le dit, mais les lanceurs d'alerte !). Si la majeure partie des grands de ce monde ont les yeux tournés vers le ciel pour tenter de résoudre ce double souci, Vladimír Suchy a proposé en 2018 une solution non moins originale pour palier au problème : Coloniser les fonds-marins. 

Un thème über original et une dominance de bleus en tout genre qui vont vous accompagner tout au long de vos pérégrinations dans un pur jeu de développement et de pose d'ouvriers, qui n'en oublie pas la gestion de ressources et de main pour attirer les joueurs "sérieux".

Une ville dôme et quelques ressources, un maigre pécule pour faire perdurer l'humanité
Une ville dôme et quelques ressources, un maigre pécule pour faire perdurer l'humanité

Et dans Underwater Cities, la conquête du plancher océanique se fait ni plus ni moins en dix tours, une partie étant entrecoupée de trois grandes phases de production qui permet de récupérer l'usufruit de toutes les constructions réalisées sur son plateau personnel (quasi-vide au départ).

L'ensemble du jeu est drivé par un plateau général, qui propose plusieurs marchés de cartes et un éventail de cases actions différentes (la plupart ne pouvant accueillir qu'un "ouvrier"). Ces actions permettent majoritairement aux joueurs de gagner des ressources (algue, flexacier, science, biomateriau) ou développer sa civilisation, via l'ajout de ville - dôme -, de bâtiments divers - pastilles - ou des tunnels de liaison.

Les cartes sont une part importante du jeu. Chaque joueur ne peut en avoir que trois maximum en main à tout moment, et se voit obligé d'en défausser une dès qu'il tente de réaliser une action. Et elle peut s'avérer importante, car le joueur peut tirer bénéfice de sa carte si la couleur de la carte correspond à celle de l'action activée. Dans le cas contraire, il doit la mettre au rebus sans effet. 

Utiliser une carte de la même couleur qu'une action, la manière la plus optimale (mais pas toujours possible) de jouer
Utiliser une carte de la même couleur qu'une action, la manière la plus optimale (mais pas toujours possible) de jouer

Il en existe plusieurs types. Les cartes à effet immédiat (symbole éclair) se déclenchent une seule fois avant ou après une action (au choix), et doivent être défaussées après utilisation. 
Chaque autre type de carte (effet permanent, action, production ou décompte final) est à placer sur le côté du plateau et offrent des effets de manière situationnelle, respectivement lorsque surviennent certains événements ou conditions (symbole infini), quand le joueur active une case du même nom (symbole A), lors des tours production (symbole rouage) ou en toute fin de partie (symbole montre).

Le travail visuel n'est pas désagréable, mais fait quand même un peu kitsch et lambda
Le travail visuel n'est pas désagréable, mais fait quand même un peu kitsch et lambda

Toute la logique interne d'Underwater Cities repose sur une mécanique simple, un tour consistant en une boucle qui prend fin quand chaque joueur à terminer de placer tous ses travailleurs (à raison d'un à la fois). Si la routine de jeu reste un classique pour le genre, elle suffit largement à soutenir un jeu aux mécaniques solides qui en a véritablement dans le ventre.

Car si la gestion de votre Arche de Noé maritime va vous occuper longuement, entre la construction de votre empire marin, la création du réseau permettant de rendre fonctionnel chacun de vos hubs de vie, le raccordement des mégalopoles bénéfiques en avantages et points de victoire et le nourrissage de vos concitoyens, le jeu vient avec un système de cartes qui peut se montrer vraiment brûle-neurone.  

Votre stratégie, que ce soit à court terme (pour le choix des actions) ou long terme, sera forcément dirigée par des cartes offrant une variété plaisante de possibilités, tout en n'oubliant pas d'intégrer des cartes spéciales et des contrats gouvernementaux (objectifs intermédiaires) qui amplifient la compétition en cours de partie. Dans tous les cas, les mécaniques se montrent fluides, les tours rapides (si vous ne jouez pas avec des penseurs philosophiques), et offre moyen de se battre sur plein de niveaux différents pour remporter la victoire aux points.

Vous voyez du matériel pour construire des villes sous-marines et gérer des ressources high-tech vous ?
Vous voyez du matériel pour construire des villes sous-marines et gérer des ressources high-tech vous ?

Avec tout cela, Underwater Cities s'avère tout de même un jeu terriblement solitaire. Beaucoup de joueurs s'en complaisent, le jeu étant assez exigeant par l'effort d'optimisation constant qu'il demande pour ne pas rajouter une surcouche d'interactivité à gérer en plus. D'autres regretteront néanmoins que le jeu ne profite pas de son côté "post-apo" pour attiser le côté sombre de l'humain, au risque de faire basculer le jeu d'avantage dans le côté "trash" du jeu expert. Balle au centre sur le sujet pour ma part.

Reste que si le titre surfe sur des mécaniques de gestion "experte" goudronnées dans le sable, il n'oublie pas d'apporter quelques subtilités appréciables, le système de couleurs en tête. Au delà de l'activation ou non d'une carte, il est bon de savoir que les cartes vertes qui fournissent des capacités puissantes doivent être jouées sur des cases faibles, au contraire des cartes jaunes assez basiques dans l'ensemble qui se déclenchent sur des cases très utiles du plateau central. 

Un jeu d'équilibre qui se rajoute astucieusement aux nombreuses décisions qu'offre le jeu ... quand bien sûr vous avez le choix de vos armes.

Vous voyez du matériel pour construire des villes sous-marines et gérer des ressources high-tech vous ?
Vous voyez du matériel pour construire des villes sous-marines et gérer des ressources high-tech vous ?

Car Underwater Cities ne prône pas l'équilibre des chances, c'est certain. Si le paquet de cartes de base se montre épais, on ne peut évincer que le tirage peut profondément marquer la destinée d'un joueur, surtout quand les cartes ne collent pas avec ses choix tactiques validés au départ, ou qu'il n'a jamais la chance de tomber sur les "bonnes" cartes qui donnent un sérieux coup de boost à une partie.

Underwater Cities ne me donne pas l'impression non plus de créer quelque chose de "différent" à chaque partie. Chacune de vos tentatives va se solder par le même amas de dômes et de pastilles en plastiques, que l'on va immuablement ajouter au compte-goutte en pointant vers le Nord-Ouest de notre plateau, quelques cartes finalisant de personnaliser le tableau. Si je ne nie pas l'intérêt stratégique pour y arriver, j'avoue que le jeu n'aide pas à s'imprégner de sa chouette thématique engagée, pas aidée en sus par un matériel assez décevant (extension limite obligatoire juste pour cela) et des illustrations de cartes pour une grande partie très génériques.

Il y a de la place dans la boîte c'est sûr, mais comptez bien 10 minutes pour préparer le jeu et 15 pour tout ranger
Il y a de la place dans la boîte c'est sûr, mais comptez bien 10 minutes pour préparer le jeu et 15 pour tout ranger

C'est cet ensemble de petits défauts qui font que, malgré des qualités mécaniques indéniables, Underwater Cities ne fait plus partie de ma ludothèque. N'en reste pas moins un jeu auquel il faut avoir joué au moins une fois si on aime le genre, surtout que derrière ses atours experts il se montre beaucoup plus accessible qu'il en a l'air (une piste peut-être à privilégier si vous cherchez une porte d'entrée sympa pour des curieux). Il faut par contre aimer les salades de points qui explosent dans un amas de fruits de victoire au comptage final, rendant toute anticipation vaine. Il y a fort heureusement un public pour cela.

Suiveur intéressé de cet auteur fécond, je vous conseillerai d'avantage Praga Caput Regni, qui reste pour moi sa meilleure production (et la plus récente en plus) à ce jour... surtout si vous cherchez du lourd !

underwater-cities
Editeur(s)
Auteur(s)
Vladimír Suchý
Illustrateur(s)
Milan Vavron
Mécanique(s)
placement d'ouvriers
Interaction(s)
blocage
Nombre de joueurs
1-4
Date de sortie française
2018
Âge recommandé
12 ans+
Durée de partie
145 min
ACHETER SUR
J'APPRÉCIE
Des règles simples pour ce type de jeu
Des mécaniques autour des cartes aussi astucieuses qu'intéressantes
Un thème original qui donne une ambiance surprenante à l'ensemble
J'APPRÉCIE MOINS
Le hasard du tirage des cartes trop impactant
Un matériel assez décevant (autant visuellement que par sa composition)
EN RÉSUMÉ
La sensation de contrôle générale (par le tirage des cartes, l'accès aux meilleures actions) est trop défaillante pour en faire un des meilleurs jeux de gestion du genre. Reste un jeu facile à instruire et aux mécaniques sympathiques, qui plait et plaira si vous n'êtes pas trop regardant sur la qualité du matériel.
14 / 20
Jeu plaisant

Le jeu en détail

Complexité
Habitué
Si Underwater Cities coche toutes les cases du jeu de gestion à l'allemande pour joueurs qui en veulent, il se montre beaucoup plus accessible et facilement explicable pour le commun des mortels. A en faire une porte d'entrée dans le genre, pas sûr à 100%, mais cela se tente !
Interactivité
Infime
Un jeu qui, niveau interaction, ne vous fera pas aller plus loin que de piquer la carte rêvée depuis 2 tours par votre adversaire direct.
Thématisation
Moyenne
Les illustrations de cartes font illusion un temps, et les mécaniques sont crédibles par rapport au sujet. Mais l'immersion est vraiment gâchée par des bâtiments beaucoup trop imagés et un matériel à la qualité trop discutable. Je monte à "moyen" mais vraiment parce que je suis dans un bon jour.
Originalité
Quelques subtilités intéressantes
Un expert de la pose d'ouvriers ne sera pas décoiffé par les mécaniques d'Underwater Cities. Nonobstant, le jeu intègre quelques "folies douces" (ordre des joueurs, déclenchement suivant couleurs de cartes, etc...) appréciables.
Mise en place
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Un peu longuette, révisez des devinettes pour l'attente !
Prise en main
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Jeu accessible mais l'apprentissage prend un peu de temps, prévenez votre tablée !
Rangement
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Boîte trop simpliste pour le matériel vendu.
Rejouabilité
img-fluidimg-fluidimg-fluidimg-fluid
Comptez deux ou trois parties de vrai plaisir, après on se lasse.
La tablée idéale selon moi : Underwater Cities est un jeu qui trouve son meilleur équilibre à 3 joueurs "réguliers" (à 2 c'est dynamique mais un peu triste, à 4 les tours se montrent un peu longuets)

Commentaires

Votre soutien est important !

Si mon contenu vous plaît et que vous souhaitez soutenir mon implication, n'hésitez pas à partager le site sur les réseaux sociaux et à passer par les liens d'affiliation présents sur ces pages.


Tout achat réalisé par un lien partenaire me permet de toucher une petite commission sur la vente, totalement transparente pour vous, mais très importante pour moi, car elle permet de couvrir un tout petit peu les frais d'hébergement du site et les nombreux achats de jeux réalisés pour les chroniques.


Un soutien fort appréciable dont je ne vous remercierai jamais assez ! :)

À propos    Politique de confidentialité    Conditions d'utilisation